Pin It

Suite à la question de Julien:

Pensez vous qu'il ne faut pas battre des jambes excessivement, donc elle serait propulsive, sur 50m voir 100m nage libre? Car mon nageur fait un moins bon temps quand il bat moins vite des jambes, mais je pense que c'est parce qu'il n'arrive pas a retransmettre l'énergie économisé par les jambes dans les bras.

 

Deux moteurs?

La question n°2 de notre ami stagiaire pose le problème de l'activité locomotrice de l'homme dans l'eau et de l'usage qu'il fait de ses membres.
Un coureur à pieds ayant les membres supérieurs entravés aurait peu de chances d'aller aussi vite que si ses membres supérieurs étaient libérés.
Faut-il en conclure que sur terre, dans la course, l'action de ses bras est propulsive ?
Par ailleurs, le nageur peut fort bien n'utiliser que les jambes pour se déplacer (avec ou sans planche).
Il s'agit d'une poussée sur l'eau s'exerçant en continuité.
Mais il peut également se déplacer en n'utilisant que les membres supérieurs.
Les poussées exercées sur l'eau sont discontinues (entrecoupées de phases non propulsives).
Les nageurs utilisent pour la plupart un "pull-buoy", accessoire venant se substituer à la fonction normale des jambes : fonction de sustentation mais aussi de réalignement dans les différents plans.
Un raisonnement simpliste pourrait conclure que les jambes viennent pousser le corps dans les "trous" (phases de non propulsion des bras.

L'analyse des nageurs à partir de l'observation sous la surface confirme ce que l'on voit au dessus : à savoir qu'à pleine puissance les jambes se trouvent mobilisées plus intensément.

L'important dans toute analyse c'est la mise en relations de ce que l'on observe.
c'est la modification de la trajectoire des bras qui entraîne un changement dans l'entrée en jeu des jambes.
En effet, à pleine puissance, les mains ne décrivent plus la même trajectoire et ont tendance à s'écarter de l'axe.
Il incombe alors aux jambes de remettre l'ensemble du corps dans son axe de déplacement.
Dans tout jugement, il est important de ne pas confondre la cause et l'effet !
Il aurait été utile de situer la performance du nageur sur 100 et sur 1500 m.
Il reste enfin une question à poser à ton nageur =
modifies-tu volontairement l'intensité de l'action des jambes ? Et de ce fait : n'y a-t-il pas subordination de l'action des bras à celle des jambes ?
Qu'en pensent les autres stagiaires ?

raymond

 

Concrètement, la souplesse d'un individu, à quelque niveau qu'on puisse la rechercher est forcément naturelle. Lorsqu'elle est limitée par nature,on ne peut que tricher avec celle-ci et seulement durant une courte période et ce qui laisse généralement des dommages. Il est donc souhaitable de bien connaître sa propre physiologie afin de pallier à une absence de souplesse vertébrale (et autre, articulaire par exemple) car qui dit manque de souplesse vertébrale dit manque de souplesse articulaire en général. Il convient donc de mettre en place une technique d'application d'amplitude dans les mouvements de bascule par le seul élément déterminant et qui conserve une relative souplesse : le travail de la tête. Plongée et sortie qui doivent être coordonnées absolument à la perfection avec les gestes considérés.

Claude LEPAGE, 19 septembre 2007

 

 

Pin It

Commentaires   

#1 Claude LEPAGE 11-02-2011 02:40
A propos de la colonne vertébrale

Concrètement, la souplesse d'un individu, à quelque niveau qu'on puisse la rechercher est forcément naturelle.Lorsqu'elle est limitée par nature,on ne peut que tricher avec celle-ci et seulement durant une courte période et ce qui laisse généralement des dommages.Il est donc souhaitable de bien connaître sa propre physiologie afin de pallier à une absence de souplesse vertébrale (et autre, articulaire par exemple) car qui dit manque de souplesse vertébrale dit manque de souplesse articulaire en général.Il convient donc de mettre en place une technique d'application d'amplitude dans les mouvements de bascule par le seul élément déterminant et qui conserve une relative souplesse : le travail de la tête. Plongée et sortie qui doivent être coordonnées absolument à la perfection avec les gestes considérés.

Claude LEPAGE, 19 septembre 2007.

Pardon, vous n'avez pas le droit pour l'instant.